Grâce aux Activités Physiques Adaptées (APA), nous avons tous à y gagner. 

Les APA regroupent l'ensemble des activités physiques et sportives à des fins de prévention, de réhabilitation,

de post-réhabilitation, d'éducation à la santé ... Il s'agit d'une thérapeutique non médicamenteuse qui a pour but t'établir un lien avec votre prise en charge habituelle tout en améliorant votre condition physique, votre santé, et votre qualité de vie. Ces bénéfices sont désormais connus (INSERM, 2008). 

 

Une pratique d'activité physique de 2h30 par semaine diminue la tension artérielle, l'état dépressif, le stress, diminue également les risques de maladies cardio-respiratoire et cardio-vasculaire, et aide à contrôler la masse corporelle. 

 

Pourtant, seulement 14% des personnes de + de 65 ans satisfont cette recommandation, 21% sont peu actif, et 65% sont inactifs. 

 

Concevoir à vos côtés un programme APA c'est mettre en place un enchaînement d'exercices, sur une plusieurs activités, et selon des paramètres à adapter : (Fréquence des séance, durée des séances, intensité, type d'effort...)

 

 

  • Diminuer les risques d’hypertension artérielle, 

  • Diminuer le stress, l'anxiété

  • Améliorer son sommeil

  • Surveiller son poids, 

  • Renforcer son estime de soi, et la confiance en ses propres capacités

  • Fréquenter de nouvelles personnes

  • Retrouver le plaisir de bouger et diminuer la fatigue ! 

 

 

 

Pour qui ?

  • Toute personne atteinte de cancer, qu’elle soit en cours de traitement (chimio et/ou radio-thérapie et/ou hormonaux..), ou après traitement. Elle peut être proposée à des enfants, des adultes ou des seniors.

Nécessité d'un avis médical et d'une adaptation spécifique. 

 

          Déconditionnement physique = une des principales causes de la fatigue liée au cancer 

 

• La pratique d’une AP permet une réduction d’environ 30% du niveau de fatigue (comparativement à l’absence d’AP) quelque soit le stade(localisé ou métastatique),

• Amélioration De la qualité de vie,

• Amélioration De l’état psychologique et émotionnel,

• Amélioration De l’observance aux traitements.

 

Faire de l'exercice, c'est surtout écouter son corps, le comprendre et en prendre soin.

 

 

 

Faites de l'activité Physique, un peu chaque jour, chaque détail compte (prendre les escaliers, faire les courses, marcher...). L'institut National de lutte contre le Cancer recommande, pendant ou après le traitement, une activité physique régulière qui permet de retrouver une meilleur condition physique. Celle-ci permet de diminuer le risque de mortalité (-34%), de récidives (-24%), d'améliorer la qualité de vie (Sommeil, diminution de l'anxiété et de la fatigabilité).

 

Retrouver les mouvements de manière la plus naturelle et sans effets secondaires. 

 

Les activités physiques doivent être d'intensité faible à modérées, 3 à 5 fois par semaine, d'une durée de 30 minutes. 

Il est important de travailler votre endurance, (travail cardio-respiratoire), votre renforcement musculaire, et étirements en compléments. 

 

  • Bouger

  • Respirer

  • Comprendre

  • Accompagner

 

"Pas de respiration sans muscles ! Le sport est un des premiers médicaments de la BPCO !

Bouger est le meilleur antidote pour na pas laisser sa vie s'asphyxier" (A. Murez, FFAAIR, 2011)

 

Il est indispensable de pratiquer régulièrement une activité physique.

 

Comment se motiver pour retrouver l'envie et le plaisir de bouger ?

A votre rythme ! Et étape par étape, afin de rebooster votre condition physique et respiratoire. 

 

Ainsi, le réentrainement à l'effort, est un élément essentiel de la réhabilitation respiratoire (ARS, 2012). 

Personnalisé et adapté, rend le programme sûr et d'en accroître son efficacité. C'est pourquoi un bilan initial de vos capacités physiques sera nécessaire. 

 

Vous devenez ainsi le 1er acteur de votre traitement ! 


Durée des séances : de quelques minutes par jour, à 50 minutes 3 à 5 fois par semaines, avec une difficulté progressive entrecoupée de récupération. Le travail en endurance est à privilégier ainsi que les exercices de renforcement musculaire ! 

Complétez toujours vos séances par une hydratation adaptée et par des étirements spécifiques. 

 

 

Comme l'alimentation, l'activité physique permet de prévenir l'apparition du diabète mais joue également un rôle essentiel dans son traitement. 

En un mot : BOUGER !!!!

 

Faire de l'exercice physique régulièrement contribue à l'équilibre glycémique. En effet, une quantité importante de sucre est brûlée pendant l'effort par le muscle , et l'action de l'insuline s'en trouve améliorée. (Fédération Française des diabétiques). 

 

Voici quelques exemples des bénéfices attendus :

  • Diminution du mauvais cholestérol (LDL)

  • Augmentation du bon cholestérol (HDL)

  • Diminution des graisses abdominales

  • Renforcement musculaire et diminution de la fatigabilité 

  • Amélioration de la condition physique et du mieux être psychique 

 

 

Le travail en endurance améliore les capacités cardiaques et respiratoires, et le travail de renforcement musculaire qui tonifie vos muscles sont à privilégier. 

 

  • Restez à l’écoute de votre corps et arrêtez l’exercice si vous ne vous sentez pas bien.

  • Pensez à vous hydrater régulièrement.

  • Ayez toujours sur vous une source de sucres concentrés tels que des comprimés de glucose ou une boisson gazeuse régulière en cas d’hypoglycémie.

  • Portez des chaussures et des bas adéquats.

  • Inspectez vos pieds soigneusement avant et après l’activité pour détecter toute ampoule ou autre blessure. 

 

 

La marche, la danse, la montée d’escaliers ou encore tous les sports où il faut courir et sauter (football, basket-ball, volley-ball, sports de raquette, etc.) sont des activités avec mise en charge, qui fortifient les os et les muscles. Elles renforcent également le cœur et les poumons. Ou encore, la musculation (utilisation de poids, d’haltères, de bandes élastiques...). Une fréquence de deux à trois fois par semaine est recommandée, en augmentant l’intensité petit à petit. Les exercices pour améliorer la posture,  l’équilibre sont également recommandés car ce sont aussi une manière de stimuler l'os. 

 

L’inactivité cause une perte de la flexibilité en vieillissant, ce qui peut provoquer douleur et raideur. Les étirements améliorent la souplesse. Près de cinq à dix minutes doivent être consacrées aux étirements à la fin de chaque session d’exercices.

  

Il n’est jamais trop tard pour commencer à faire de l’exercice physique ! Celui‐ci doit être adapté en fonction de son âge, de ses antécédents médicaux, de sa condition physique et de son entrainement.

 

Sources : Dr Popineau, IRBMS

 

Respirer !
Comprendre !
Accompagner !

Notre approche

A chacun son programme, à chacun son objectif !

Les raisons de pratiquer ce type d'activité

Cancer et activités physiques : "Fatigué d'être fatigué ?"

BPCO et Activités Physiques (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive)

Diabète et activité physique : "En avant vers l'endurance !"

Ostéoporose et activité physique : "Osez Bouger !"

Bouger !

Created with Wix.com - @2016 by MERCIER Thomas, @2017 THURIN Gaetan, @2017 GARCIA Romain

Association A.R.E.P
1288 Av. Henri Guillaume
83500 La Seyne-sur-Mer

Pour plus d'informations, Contactez nous au :

Marseille : 06 85 68 74 37   Toulon : 06 31 93 43 95

  • Facebook Social Icon